Maison de qualité

Maison de qualité
On ne fait du bon qu'avec du très bon ( Prosper Montagné )

mercredi 8 octobre 2014

Nicolas Roudier au 1728

L'Arpège avec Alain Passard, la Braisière avec Jacques Faussat, quatre années au Bristol avec Eric Frechon et enfin Les Magnolias avec Jean Chauvel pour la touche créative, on peut dire que Nicolas Roudier a eu un beau parcours. Il est à présent depuis le mois de septembre aux commandes des cuisines du 1728, le magnifique restaurant de l'Hôtel Mazin La Fayette situé rue d' Anjou dans le VIIIème arr. de Paris.
Lieu chargé d'histoire, édifié en 1728 par Antoine Mazin célèbre architecte du Roi Louis XV, l'Hôtel Mazin La Fayette fut l'une des dernières demeures du Marquis de La Fayette, il vécut là les sept dernières années de sa vie, partagé entre son château de Lagrange en Seine et Marne et la rue d'Anjou. 
Nous avons beaucoup aimé la cuisine de ce jeune chef, les passages successifs dans les belles adresses étoilées ont laissé indiscutablement leurs empruntes. Une mention particulière pour les cuisses de grenouilles aux épices saté, remarquable de justesse au niveau gustatif et le dos de lieu jaune cuit façon meunière, servi généreusement et d'une cuisson parfaite.
Le menu "dîner aux chandelles" est une bonne affaire à 65€ (les mardi/mercredi et jeudi), belle table, belle vaisselle, service attentionné et cadre historique, il ne manquait que le fantôme du Marquis de la Fayette pour que la fête soit complète.

 Nicolas Roudier


Le "Dîner aux chandelles"
 
Saumon mi-cuit, mini poireaux, sauce vierge aux baies de goji

Cuisses de grenouilles poêlées aux épices saté, tempura de choux-fleur, tamarin acidulé

Dos de Lieu jaune cuit façon meunière, poêlée de pieds bleus à l'ail, écrasé de pomme de terre aux cébettes

Suprême de volaille rôti au beurre de verveine, artichauts en barigoule, jus court

Pana Cotta mentholée et fruits rouges







 Le 1728
8 rue d'Anjou, 75008 Paris
tél : 01 40 17 04 77











4 commentaires:

  1. Effectivement l'endroit est magique mais pour ma part je trouve que le service manque un peu de rigueur et trop de va et vient de la part du personnel ce qui fini par être fatiguant Dominique

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que nous visiterons cette adresse lors de notre prochaine venue à Paris, merci de l'info
    Gabriel

    RépondreSupprimer
  3. J'avais déjeuner dans le restaurant avant la venue du nouveau chef, pas trop convaincu par la cuisine, je suis prête à essayer de nouveau, à voir
    Fabienne

    RépondreSupprimer
  4. Nous sommes dans le Val de Marne ( Nogent ) j'ai un super souvenir des Magnolias, le chef a vendu mais je suis OK pour essayer le 1728 puisque Nicolas Roudier a travaillé là-bas , je vous donnerai mon avis
    Philippe

    RépondreSupprimer

Archive du blog