Maison de qualité

Maison de qualité
On ne fait du bon qu'avec du très bon ( Prosper Montagné )

lundi 25 juin 2012

A découvrir par Alain Kritchmar, Le Kimono par Shogo Kariyazaki




Le succès rencontré sur le blog par l'Ikebana m'amène à vous parler encore de Shogo Kariyazaki. Il n'est pas seulement un maître dans l'art de l'Ikebana, il est également un créateur de kimonos. C'est pour lui un formidable espace de créativité pour ses compositions florales.
Tout commence par les dessins du Maître. Vient ensuite l'adaptation sur un patron de kimono par un dessinateur professionnel. Shogo vérifiera les motifs reportés sur le patron (forme des fleurs, l'équilibre des motifs etc..). L'assortiment des couleurs des kimonos choisis par Maître Kariyazaki est ensuite transmis à la teinturerie de Kyoto.  Elle réalisera les échantillons de tissu. Après validation par Shogo, les tissus sont teints selon la méthode traditionnelle du Yüzen. Afin de fixer les couleurs, le tissu est placé dans une étuve à 100° pendant 30 minutes. Cette phase s'appelle <<Mushi>> (étuve). Le tissu est rincé à l'eau claire pour évacuer le superflu de teinture. Si aujourd'hui le rinçage s'effectue dans des bassins, autrefois, il se faisait dans la rivière (c'est ce que l'on appelle Yüzen-nagashi).
Le tissu est ensuite mis sous presse et on y ajoute l'or façonné et les broderies.Le Kyô-yüzen, technique de teinture de Kyoto, comporte de multiples étapes qui nécessitent l'intervention de nombreux artisans et industries de la région. Cette dernière phase correspond à la confection de la doublure après quoi le kimono est enfin achevé. 
Il s'est écoulé pratiquement une année entre l'élaboration et la réalisation finale du kimono, ce qui en fait sa rareté, son prix et sa beauté.
La photo montre un kimono-manteau de soie rouge vermillon, orné de pivoines, de fleurs de cerisiers et brodé de fils d'or. Traditionnellement les pivoines symbolisent la sincérité et la loyauté, les fleurs de cerisiers la chasteté et la noblesse d'esprit. De nos jours, lors du Kyoshiki (cérémonie du mariage) la future mariée porte un Shiro-muku avant de revêtir un Iro-uchikake pour le Irouen (banquet du mariage).

Kimonos,  par Shogo Kariyazaki à voir au Pavillon Floral de Paris.






2 commentaires:

  1. c'est magnifique et chatoyant dommage que je ne soit pas japonaise Véro

    RépondreSupprimer
  2. quel merveilleux travail quelle beauté Shogo Kariyazaki est vraiment un grand artiste Daniel

    RépondreSupprimer

Archive du blog