Maison de qualité

Maison de qualité
On ne fait du bon qu'avec du très bon ( Prosper Montagné )

mardi 31 janvier 2012

A découvrir par Alain Kritchmar, La Gazzetta

Sincèrement je ne sais pas trop quoi écrire, au Montagné je me dois  à une certaine réserve. Non pas que l'adresse ne soit  pas bonne, mais je ne comprends pas bien ce type de cuisine. Le restaurant est bondé, beaucoup de monde, par conséquent ça doit être certainement très bien mais j'ai du mal avec certains mariages de produits.
Parfait pour les coquilles Saint-Jacques rôties, fenouil, corail et aneth, parfait pour le cabillaud, épeautre, citron vert et estragon, mais la poularde avec des topinambours, associés avec de la poutargue et des algues ainsi que le vieux Gouda et cresson à l'ananas rôti au gros sel, je ne vois pas bien l'intérêt d'associer un bon poulet de chez Duplantier avec des algues et de la poutargue, l'iode à mon avis agresse la saveur  moelleuse et fine de la poularde. Pour le Gouda il se suffit à lui même, l'ananas ne lui apportant strictement rien sinon mélanger du Quentin Bergot avec du Jasper Johns. Quand aux meringues au thé fumé, elle sont restées dans les assiettes pour l'ensemble de la table, l' impression de charbon de bois assez désagréable se dégageant en bouche, est loin d'avoir fait l'unanimité.
Alors faut-il y aller ? oui pour ceux qui aiment ce genre de cuisine, les mélanges audacieux et branchés, les endroits où il faut être et se montrer, les autres se rabattront sur des bistrots plus classiques, sur une cuisine plus simple et plus véridique.
Faites vous-même votre opinion, pour ma part je botte en touche n'étant pas le meilleur interlocuteur pour donner un avis sur ce genre d'établissement, je suis un peu fatigué d'entendre crier au génie sur des associations d' harengs fumés aux myrtilles et crème chiboust, fatigué de la cuisine moléculaire (d'ailleurs déjà passée de mode) , à quand la cuisine atomique, la cuisine sans cuisine sans chefs ni personne, tout  vos avis et commentaires seront les bienvenus, mais de grâce revenons à des fondamentaux, du poulet qui a le goût de poulet, du fromage qui a le goût de fromage et des petits pois qui ressemblent à des petits pois...

 Panais et épinard

Coquille Saint-Jacques rôtie et fenouil, corail et aneth

Cabillaud et épeautre, citron vert et estragon

Raviolis de carottes cuites au foin, truffe noire de Bourgogne et oignons

Poularde de Pierre Duplantier, topinambour, poutargue et algues

Vieux Gouda et cresson, ananas rôti au gros sel

Pommes Clochard, crème pralinée, bergamote

Tarte citron

Endives et sanguines

La Gazzetta
29 rue de Cotte
tél: 01 43 47 47 05
Menu 5 plats 42€/ 7 plats 56€
du mardi au samedi




7 commentaires:

  1. d'accord sur toute la ligne et sur votre franchise il faut remettre les choses à leur plus et arrêter de faire de l'onanisme culinaire
    Guillaume

    RépondreSupprimer
  2. Les meringues au charbon de bois ça doit être quelque chose de curieux Irina

    RépondreSupprimer
  3. Nous connaissions les poissons et les viandes fumées, la meringue c'est nouveau ça vient de sortir ?
    Jean-Louis

    RépondreSupprimer
  4. décevant hier soir Top Chef, ce n'est même pas drôle de plus il faut de sacré toque pour caser les têtes de certains candidats je ne suis pas certain qu'elles puissent y entrer
    Fred

    RépondreSupprimer
  5. La Gazzetta , Le Baratin , Le Chateaubriand, Jeu de Quilles et quelques autres , restaurants à la mode loin de valoir tout le ramdam médiatique que font certains journalistes en mal de découvertes
    Victor

    RépondreSupprimer
  6. les valeurs sures restent les valeurs sures , les autres passent et trépassent
    Rodolphe

    RépondreSupprimer
  7. Vous êtes bien sévère avec ce restaurant pour ma part j'y ai fait d'excellents repas , tout le monde ne peut pas apprécier le boeuf mode où le haricot de mouton , un peu de nouveauté en cuisine ne fait pas de mal dans ce monde triste et sans innovations
    Jacques

    RépondreSupprimer

Archive du blog