Maison de qualité

Maison de qualité
On ne fait du bon qu'avec du très bon ( Prosper Montagné )

samedi 18 juin 2011

Prosper à découvrir par Gérard Marné, Les Flots à La Rochelle , Grégory Coutanceau

Darroze, Michelon, Anton, Para et Alain Ducasse qui deviendra l'un de ses maîtres, ont jalonné le parcours de Grégory Coutanceau. En 1997, à 22 ans, il ouvre son propre établissement, Les Flots.
L'année 2000 lui apporte la consécration par le guide Champérard qui le nomme meilleur jeune chef de l' année et entre en 2003 dans  le guide des <Châteaux et Hôtels de Collection> .
C'est au pied de la Tour de la Chaîne que se trouve cet ancien estaminet du XVIIIème siècle. Protégé par les tours et face au spectacle permanent du Vieux Port, l'endroit à La Rochelle est incontournable et riche d'une histoire de 66 années.
Grégory a choisi pour sa carte une cuisine de produits de la mer, les plus beaux que puissent offrir l'océan et qui sont sélectionnés chaque jour à la criée. Vient ensuite le jeu des alliances de saveurs, sans oublier un soupçon d'épices que se glisse dans une cuisine déroutante et innovante.
Sa cave offre plus de 800 références et offre à sa clientèle ce que nos vignobles français ont de meilleur.
Grégory Coutanceau est l'auteur de plusieurs ouvrages dont certains culinaires, Au bonheur des Coutanceau, Mes Saveurs d'Asie, La Classe des Gourmets et enfin Hors Jeux où le rugby et la cuisine se mèlent pour former un pack à tout épreuve. Quarante cinq grands chefs et quarante cinq Internationaux de rugby font équipe à travers une série de photos toutes plus décalées les unes que les autres, soixante délicieuses recettes inédites y sont à découvrir.


Homard, lasagne d'Epinard

Bar de l' Atlantique au fenouil

Alliance entre la Framboise et le Citron vert 

Restaurant Les Flots
1 rue de la Chaîne, 17000 La Rochelle
tél:    05 46 41 32 51
fax :  05 46 41 90 80
ouvert tous les jours
menus:  29/41/74€
carte : de 60 à 100€











Grégory Coutanceau




et aussi à découvrir....


J'ai trouvé chez Tana Editions, dans la série ''Le petit livre à offrir'' ( texte de Stéphane Corcoral, Laurie Matheson et Nicole Seeman) une petite perle d'humour extraite du Petit livre à offrir à un amateur de vin. J'avoue que j'étais en train de lire ce livre dans un avion et que les passagers assis près de moi m'ont certainement pris pour un cinglé, j'en riais tout seul jusqu'aux larmes, regardez le texte ci-dessous, j'ai continué à rigoler en le recopiant.
ps: les fautes d'orthographe et de syntaxe, sont volontaires.
Recette du coq au vin :

Prendre un coq d'environ 3kg et trois bouteilles de bon vin rouge. Prévoir du sel, du poivre, de l'huile, des bardes de lard. Barder le coq de lard, le saler, le poivrer et ajouter un filet d'huile. Préchauffer le four au thermostat 7 pendant 10 minutes. En attendant que le four chauffe, se verser un bon verre de vin. Le boire.
Mettre le coq au four dans un plat à cuisson. Se verser deux verres de vin et boire. Finir la première bouteille. Après une debi-beurre, ouvrir l' adibal et la deuzième vouteille. S'enfiler une bonne rasade. Après une demai-heure, dituber jusqu'au bour. Oubrir la borte, reburner, revourner, enfin bref ! mettre le poq dans l'autre sens. S' assoir sur une butain de chaise et se reverdir cinq ou six verres de pin. Buire, non luire, non cuire le choq bandant quatre heures. Et hop, cinq berres de plus. R'tirer le four du coq. Se bercer une bonne goulée de rougeot. Rabasser le coq ( l'est tombé par terre), l'ettuyer et voutre sur un blat... sur un clat... sur une assiette. Se béter la figure à cause du gras sur le barrelage de la buisine. Ne pas essayer de se relever. Deciver qu'on est bien par derre et binir la troisème vouteille de pin. Plus tard, ramber jusqu'au lit, dorbir ze qui reste de la buit. Le lendemain matin, prendre deux Alka Seltzer, manger le coq froid avec de la mayonnaise et nettoyer le bordel que vous avez mis dans la cuisine...

4 commentaires:

  1. Et la recette du boeuf bourguignon, ça donne quoi?
    Vanessa (spécialiste du soufflé au Grand Marnier!)

    RépondreSupprimer
  2. ça me rappel l'humoriste Pierre Péchin dans une de ses histoires qui commandait , un melon au Porto sans le melon, un coq au vin sans le coq et un soufflé au Grand Marnier sans le soufflé
    Un amateur de vapeur éthylique

    RépondreSupprimer
  3. belle adresse que celle de Grégory Coutanceau, et La Rochelle est une ville tellement agréable
    Véro

    RépondreSupprimer
  4. Trop drôle la recette du coq. Caroline

    RépondreSupprimer

Archive du blog